Les sports traditionnels polynésiens au heiva

Crédit photo : D.R.
Porteurs de fruits au parc Paofai Crédit photo : D.R.

Le Heiva, ce n’est pas que de la danse et des chants… Le Heiva, c’est aussi les sports traditionnels, les « tu’aro ma’ohi » comme on dit en tahitien.

Aujourd’hui, je vais vous parler de quatre sports traditionnels que j’aime : la course des porteurs de fruits, le lever de pierre, le lancer de javelot, et le grimper au cocotier.

La course des porteurs de fruits :

C’est une course qui se déroule dans les jardins de Paofai, dans la capitale de Tahiti, Papeete (prononcé « papéété »). Plusieurs départs sont prévus selon les catégories, homme ou femme, jeune ou senior. Les charges varient en fonction des catégories et peuvent aller de 15 kg à 50 kg. Bien sûr, les charges sont pesées minutieusement avant le départ et à l’arrivée et des pénalités sont appliquées en fonction de la perte de charge. En général, les fruits transportés sont les bananes, les taros ou les cocos.

Crédit photo : D.R.
Lever de pierre Crédit photo : D.R.

Le lever de pierre :

Ce sport est originaire des Australes, et plus particulièrement de l’île de Rurutu. Les participants doivent soulever une pierre sans prise possible et la mettre sur leur épaule. La pierre peut pesée jusqu’à 160 kg. Les levers sont chronométrés. C’est donc une question de force et de rapidité ! Les concurrents doivent porter une tenue locale, un pareo par exemple, pour l’épreuve. Les femmes débutent l’épreuve avec une pierre moyennant 60 kg. Il y a plusieurs catégories chez les hommes, en fonction de leur âge et de leur poids. Ils débutent l’épreuve avec une pierre de 80 kg.

Vous pouvez imaginer le tremblement de la terre quand la pierre retombe… !

Crédit photo : D.R.
Lancer de javelots Crédit photo : D.R.

Le lancer de javelot :

Ce sport est originaire des Tuamotu. L’épreuve consiste à atteindre un coco perchée sur un mât à 22 mètres des concurrents. Ils forment une ligne et lancent leur javelot à peu près en même temps. Bien sûr, chaque javelot possède des marques caractéristiques pour ne pas s’y perdre. Le javelot est lancé par dessous pour atteindre la noix de coco et non au-dessus comme la discipline athlétique ! A chaque fin de série, les lanceurs récupèrent les javelots qui n’ont pas atteint la cible. On remet une nouvelle noix de coco et on récupère celle criblée de javelot pour l’apporter auprès d’un jury. Pour gagner, il faut planter le plus de javelots possibles et aussi le planter le plus haut de la noix de coco. Cette discipline est ouverte aux hommes comme aux femmes et tous doivent porter une tenue locale : pareo, couronnes végétales et être pieds nus !

Le grimper de cocotier :

Ce sport est originaire des Tuamotu également. Après avoir lié ou non leurs pieds avec du ni’au (ou pandanus), ils grimpent sur le cocotier en faisant de petits sauts. Le but : monter le cocotier jusqu’à toucher un tissu accroché à 8 mètres de haut. Les plus rapides y arrivent en moins de 5 secondes !

Bien sûr, d’autres sports traditionnels existent comme le décorticage de coco. Les deux sports traditionnels les plus connus restent le va’a (il y a de jolis pendentifs en forme de rame de va’a ici) qui peut se pratiquer seul ou à plusieurs et le surf ou « Horue » qui est une invention ancestrale.

Si tu as aimé cet article, clique sur j’aime et partage-le !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *