La perliculture ou l’art de produire des perles

Perle obtenue après greffe
Perle obtenue après greffe

La perliculture et les perles de Tahiti

La perliculture, c’est l’art de cultiver les huîtres perlières. Il faut élever les huîtres, les greffer et les entretenir pour obtenir des perles de qualité.

La perle de Tahiti, « perle noire » ou encore « or noir » est cultivée dans des fermes perlières, un peu partout en Polynésie Française. Ces fermes sont des « fare » construits sur pilotis assez isolés entre ciel et mer. On peut en trouver à Huahine, Taha’a, ou encore dans l’archipel des Tuamotu à proximité des atolls.

Un long et dur procédé…

Pour obtenir des perles, le procédé est très long.

Nasse à huitre - Crédit photo : ncjoaillier.com
Nasse à huitre – Crédit photo : ncjoaillier.com

Dans un premier temps, on sélectionne les meilleures huitres et on les nettoie. Les huîtres peuvent être greffées en général dès l’âge de 3 ans.

Ensuite, les greffeurs, les techniciens doivent ensuite entrouvrir l’huitre sans casser le muscle afin de greffer un nucléus et un greffon dans la gonade. Le nucleus est une bille de nacre et le greffon est un morceau de manteau d’une autre huitre.

Les huitres sont ensuite mis dans des pochettes individuelles au cas où il y aurait des rejets de greffe. Elles sont ensuite remises à l’eau dans le lagon, attachées en chapelets et protégées par des grillages.

Il faut de la patience pour obtenir une perle. La perle se forme et grossi autour du nucléus à partir de la nacre du greffon. Il faut 18 mois à l’huitre perlière pour produire une perle après la greffe. Les plus grosses perles sont obtenus au bout de 2 à 3 greffes sur une même nacre : c’est la sur-greffe.

On doit ensuite entre-ouvrir l’huitre pour extraire le joyau.

Les différentes formes de perle

On trouve plusieurs formes de perle, en fonction de leur emplacement dans l’huître.

Les perles rondes sont quasi-sphériques. Quand les perles ne sont pas parfaitement rondes, on obtient des perles cerclées, semi-rondes, semi-baroques (en forme de goutte) ou baroques (irrégulières et sans axe de symétrie). Si le nucléus est rejeté, le greffon peut produire et former un « keshi ».

Il faut savoir que 30% des huîtres meurent suite à la greffe et seulement un tiers des huîtres donneront des perles de culture commercialisables.

Des couleurs naturelles diversifiées

Perle de Tahiti - Crédit Photo : Hinanui - Art Polynésien
Perle de Tahiti – Crédit Photo : Hinanui – Art Polynésien

Les perles de culture de Tahiti ont les nuances de couleurs naturelles les plus diversifiées. Les couleurs de la perle de Tahiti varient selon la nature du greffon et le lieu géographique. Les nuances de couleurs qui existent sur une même perle sont dues aux variances de teintes dans l’huitre elle-même.

Les couleurs les plus répandues sont le vert, le gris et l’aubergine.

Une taille qui peut atteindre l’exceptionnel

En général, la taille des perles varie entre 8mm et 14mm. Quelques fois, le diamètre atteint 16mm à 18mm. Le record est de 21mm de diamètre. Celles-ci sont des gemmes exceptionnelles quelle que soit leur couleur.

Elles sont donc toutes uniques variant selon la taille, la forme et la couleur. Ces caractéristiques font l’objet d’une classification pour la commercialisation que vous pouvez les retrouvez ici.

Au final, la culture de la perle est un procédé qui dure des années et sans qu’on puisse avoir le contrôle. Elle est celle qui habille le bijou.

Si tu as aimé cet article, clique sur j’aime et partage-le !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 pensée sur “La perliculture ou l’art de produire des perles”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *