Hina et la légende du cocotier

Tableau de Bobby Holcomb représentant Hina dans "La légende du Cocotier"
Tableau de Bobby Holcomb représentant Hina dans « La légende du Cocotier »

Je vais vous parler aujourd’hui, d’une légende que tout le monde connaît sur Tahiti. Je l’ai choisi parce que c’est une légende que j’aime beaucoup, mais aussi car l’an dernier au Heiva, j’ai été ébloui par la performance de la troupe de Tamarii Mataiea qui l’avait choisi comme thème.

Autrefois vivait Hina, une jeune fille aux longs cheveux brillants.

A 16 ans, son père décida de la marier et chercha donc un mari digne de sa fille. Les filles n’avaient pas leur mot à dire à cette époque. La princesse Hina fut alors promise en mariage au roi du lac Vaihiria. Jamais elle ne l’avait encore rencontré.

Le jour de son mariage, elle le vit et fut horrifié. C’était une monstrueuse et immense anguille ! C’était le roi des anguilles, le roi du lac Vaihiria.

Hina s’enfuit alors le plus loin possible, à Vaira’o, de l’autre côté de l’ile, et se cacha dans une maison vide… celle du dieu Hiro.

En revenant de la pêche, le dieu Hiro fut ébloui par l’éclat des cheveux de la jeune fille, cachée chez lui. Elle lui raconta alors son histoire et le dieu accepta de la cacher.

Le roi du lac Vaihiria par Tamarii Mataiea
Le roi du lac Vaihiria par Tamarii Mataiea au Heiva I Tahiti 2015 – Crédit photo : www.chickytahiti.com

L’anguille, elle aussi attirée par l’éclat des cheveux de Hina, sorti du lac, se fraya un chemin dans la vallée de Vaihiria et atteignit la maison du dieu Hiro.

Hiro prit alors un long cheveu de Hina, accrocha un hameçon et réussit à pêcher l’anguille monstrueuse. Il la coupa en trois morceaux.

La tête de l’anguille tomba aux pieds de Hina et lui dit  avant de mourir :

« Un jour, les hommes qui me rejettent et toi la première, Hina, vous aurez besoin de moi et vous serez obligés de m’embrasser et de me remercier car je serai votre sauveur. »

Hiro enveloppa les trois morceaux dans des feuilles de bananier.

On mit à cuire deux paquets au ahima’a (four traditionnel polynésien). Le troisième paquet, contenant la tête du roi de Vaihiria, fut donné à Hina. Hiro lui dit : « Ne pose surtout pas ce paquet à terre avant d’être arrivée chez toi, et plantes-le au centre de l’enclos de ton marae. Sinon, la promesse de l’anguille se réalisera. »

Hina, accompagnée de ses servantes retourna chez elle.

Mais, à quelque distance de là, oubliant le conseil du dieu, elle désira se baigner avec ses servantes et déposa son paquet sur l’herbe.

Quand elle sortit de l’eau, le paquet avait disparu et à la place, une plante étrange apparut. Il ressemblait à une immense anguille dressée, sans branche et la tête vers le soleil : le premier cocotier « tumu ha’ari », venait de naître.

Les tâches sombres du coco - Crédit photo : floredesiles.blogspot.com
Les tâches sombres du coco – Crédit photo : floredesiles.blogspot.com

Alors les dieux condamnèrent Hina à vivre près de la rivière et ils défendirent quiconque de s’approcher de l’arbre.

Les jours passèrent. Une grande sécheresse survint et brula toute nourriture et toute eau douce. Seul le cocotier résista. Malgré la défense des dieux, les hommes goûtèrent alors les fruits qui contenaient une eau sucrée et sur lesquels apparaissaient trois taches sombres, comme les yeux et la bouche de l’anguille. C’est contre cette bouche que les hommes burent l’eau de coco. Ils mangèrent aussi la pulpe et ils utilisaient les feuilles et les troncs.

Hina fit comme eux et la promesse de l’anguille fut ainsi réalisée !

Si tu as aimé cet article, clique sur j’aime et partage-le !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 pensée sur “Hina et la légende du cocotier”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *